psychosocial

Comment déceler un trouble d’hypocondrie ?

Un patient est défini comme hypocondriaque lorsqu’il continue à mal interpréter certaines sensations corporelles en dépit du fait qu’il a reçu des consignes médicales pertinentes, valables et fondées et qu’il a la capacité intellectuelle de comprendre les informations reçues. Dans l’hypocondrie, l’inquiétude peut porter sur les fonctions corporelles (par exemple, le rythme cardiaque, la respiration) ; sur des changements physiques mineurs (par exemple, des blessures mineures ou une allergie occasionnelle) ; ou sur des sensations physiques indistinctes ou encore confuses (par exemple, « cœur fatigué », « veines douloureuses »).

Trouble d’hypocondrie : symptômes et causes

Il est communément observé que les patients hypocondriaques ont une image d’eux-mêmes caractérisée par la supposition qu’ils sont fragiles, vulnérables, faibles et sujets à la maladie. Cette croyance est plutôt générale et globale, mais dans ces cas, elle constitue l’un des pivots autour desquels se construit le sentiment de sa propre identité. L’hypocondrie se forme dès la petite enfance dans le cadre des relations avec les figures de référence significatives : souvent, la figure d’attachement reflète cette image de faiblesse de manière systématique et répétitive, tant par des messages explicites que par des attitudes surprotectrices. Il faut aussi considérer qu’habituellement les figures affectivement significatives de la vie adulte du patient hypocondriaque confirment cette image.

Conséquences du trouble : hypocondrie sévère

L’image de faiblesse du patient hypocondriaque a tendance à avoir des nuances différentes. Il ne s’agit pas seulement d’une faiblesse physique, dans le sens d’une vulnérabilité aux maladies et d’une fatigabilité facile, mais aussi d’une faiblesse psychologique, dans le sens d’une tendance à éprouver des émotions exagérées, à avoir des difficultés à les contrôler et donc à être submergé et à devenir fou.

Comment guérir de l’hypocondrie ? et quels sont les remèdes et traitements ?

La personne souffrant d’hypocondrie est prise au piège dans une spirale vicieuse qui non seulement contrarie ses tentatives de se rassurer et ses évaluations critiques de son état, mais se nourrit également de ces tentatives et évaluations. Les tentatives autonomes de réassurance (auto-examens, recherches d’informations sur Internet, etc.) et les tentatives hétéronomes de réassurance (opinions continues demandées aux membres de la famille, visites médicales, examens spécialisés, etc.) ne fonctionnent généralement pas ou ne fonctionnent que temporairement et, surtout, exacerbent dans de nombreux cas les peurs hypocondriaques (une expression incertaine du médecin fera naître de nouveaux doutes, une valeur sanguine anormale renforcera la conviction d’être gravement malade, etc.) L’un des principaux objectifs de l’intervention psychothérapeutique doit donc être d’identifier et d’interrompre les spirales vicieuses de l’hypocondrie.

Quitter la version mobile